Les contrées de Ténélia Index du Forum
 
 
 
Les contrées de Ténélia Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Deus le volt

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les contrées de Ténélia Index du Forum -> Premiers pas dans Ténélia -> Présentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Deus le volt
Ange

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2008
Messages: 53
Localisation: Irlya Maei, le palais de crystal
Âge: 130 ans
Race: Ange
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Pièces de Marsha: 0

MessagePosté le: Mar 23 Déc - 04:01 (2008)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Votre personnage :
Nom (pseudo): Deus le volt
Sa signification (s'il y en a une): Dieu le veut
Pourquoi ce nom ?: Titre d'une musique de Angra, un groupe de Heavy Metal qui 'ma marqué. Et un joli nom pour un ange "déchu"
Surnom (on vous donne un nom particulier, s'il y en a un): Ailes Brisées
Âge (évitez l'âge inconnu si possible): 130 ans
Sexe: Masculin
Race : Ange
Votre biographie (la partie la plus importante de votre personnage, donc veillez à réfléchir sérieusement à celle-ci. N'hésitez pas à prendre en compte des détails cités dans l'histoire de Ténélia):

Un grand avenir. Un synonyme de renaissance. C'est ce qu'on s'était évertué à lui répéter depuis toujours. Entrainé par les plus grands maîtres. Eduqué par les plus sages précepteurs. Il était un chasseur de démons hors pair et chacun de ses retours triomphant étaient ponctués par les acclamations de sa communauté. Il ne manquait pas de ramener de nombreux trophées sous la forme de cacarcasses de démons, souvent juste des crânes décapités qui finissaient à leur juste place : au fond d'une fosse à déchets.

Pourtant, il n'avait rien pour lui. Un physique banal. Sa force physique n'excédait pas vraiment celle d'un autre. Ses ailes n'étaient pas d'une blancheur irréprochable. Il vivait dans un demeure bien modeste. La vie était belle. Le décor d'Elenfia était somptueux. Les nuits fraiches offraient l'occasion unique d'admirer les étoiles de vraiment près. Partout ce n'était que luxuriante végétation. Des maisons bien bâtis, presque sur mesure pour chaque habitant. Le ciel était rarement nuageux et les pluies fines qui tombaient souvent était un régal que peu d'initiés savent vraiment apprécier.

Autour de lui, de grands bâtiments immaculés servaient de forums, de bibliothèques et autant de lieux à l'architecture complexe mais dont la beauté vous sautait immédiatement au image comme une révélation venue du ciel. Les allées étaient large et peu fréquentées. De jeunes enfants brossait les ailes des passants pour quelques pièces. le sol était à peine abîmé par les convois de marchandises qui passaient, sans jamais déranger personne.

Il était un ange ordinaire, ou presque. On avait tout mit en œuvre pour le convaincre qu'il était unique, une sorte de héros prophétique. Tout le monde clamait sa joie de le voir revenir après avoir occis quelques démons. Seulement, il ne pouvait pas se promener dans la ville sans une escorte fournie et muette, ce qui le chagrinait beaucoup. Aussi, il ne pouvait jamais entamer de réelle conversation avec quiconque. Souvent, on le regardait avec peur. Il s'en apercevait. Que craignaient-ils ? Il avait souvent demandé au seul être qui l'approchait suffisamment près pour poser une main paternelle sur ses frêles épaules : Gabriel.

C'était un ange ordinaire lui aussi. Bien que vieux, il était toujours en pleine forme. Il ne parlait jamais du passé. Une aura de mystère l'entourait comme un épais manteau poussiéreux pleins de poches finement cousues. Il était toujours sérieux et pensif quand le sujet des démons venaient sur la table. Parfois son disciple lui demandait pourquoi il devait en tuer autant. Certains s'attaquaient délibérément à des villes humaines ou elfes, d'autres avaient été purement et simplement exécuté dans leur sommeil. Il n'était pas un héros, au plus un soldat discipliné.

C'est lors de son centième anniversaire qu'il obtint une première réponse à ses questions. Alors que la nuit s'annonçait aussi fraiche et ennuyeuse qu'à l'accoutumée, plusieurs anges en robes tantôt rouges tantôt noires entreprirent de l'emmener de force. Ils ne filtraient aucun mot. Silencieux comme des zombies. Agiles comme des guerriers. Il offrit toute sa résistance mais ses assaillants étaient trop nombreux et l'emportèrent rapidement. La lune profitait du spectacle du plus haut des cieux, noble et blonde au milieu de son océan d'étoiles qui la sublimait.

Les anges en robes de cérémonie amenèrent leur victime bon gré mal gré dans une crypte aux couloirs très sombre. Le bruit des crânes de démons qui se fendaient sous leur pas résonnait en écho, réveillant certaines tendances claustrophobes chez le kidnappé. Le passage était si exiguë que sa tête cognait parfois le plafond humide, ne faisant qu'accentuer sa confusion. Ses yeux s'habituaient difficilement aux ténèbres. Il voyait à peine les reflets ocre des parois et du plafond.

Quand soudain une lumière aveuglante l'aveugla totalement. Ils avaient pénétrée une grande salle richement éclairée. une petite assistance en robe observait l'arrivage sans mot dire. Le plafond était haut. Les murs couleurs cendre avec des reflets verdâtres. Les nombreuses torchent auréolées de leur aura rouge illuminait l'ensemble. sLe sol était poisseux et couverts d'ossements de divers espèces. L'odeur quant à elle, assailli si brutalement ses naseaux qu'il voulu se boucher le nez mais aucun de ses bras n'était libre.

Toujours dans le plus grand silence. On l'attacha à une imposante croix en bois massif. Les bras écartés. Les liens serrées solidement. Il n'avait aucune chance de s'en défaire. Arriva Gabriel dans une robe carmin aux motif très compliqués. Suivi par un groupe de cinq personnes. Deux d'entre eux seulement étaient des anges vêtue sobrement d'une toge. Les trois autres devaient être humains. il n'en avait jamais vue. Il avait trop peur pour réfléchir. Trop de colère pour se soucier de qui était ses bourreaux.

Le silence devenait assourdissant. Il avait les oreilles qui bourdonnaient affreusement. Deux colosses vinrent arracher sa chemise sans aucune forme de courtoisie, dénudant son torse et sa gorge. En proie à... en proie à quoi ?

Un cortège entra dans la pièce, sous le regard grave de l'assistance. Douze individus essayait de maintenir en l'air une sorte de boite. Une petite cage d'acier et de bois épais qui gigotait dans tous les sens comme victime d'une tempête très localisée. Les porteurs tanguaient au gré des caprices de la cage telle une mer démontée par un orage monstrueux. Ils parvinrent à la posée dans un grand fracas et durent reprendre leur souffle. La cage était assez grande pour contenir un nain, peut-être deux en les tassant. Et elle continuer de vrombir et de vibrer comme possédée par le diable en personne. Effrayé, il se demandait "Qu'est ce qu'il y a là dedans, un ouragan ?". il se sentait comme un petit cochon qui savait qu'on allait l'égorger dans les prochaines minutes. Des minutes qui lui paraissaient durer toute une vie.

Malgré le boucan émis par la petite cage dont personne ne pouvait distinguer le contenu, les choses reprirent leur cour. Gabriel s'avança et commença à piler des herbes dans un grand bol, comme si de rien n'était. Les trois hommes qui n'avaient pas d'ailes regardaient le scène, leur mine indéchiffrable. Il n'y avait pas un murmure dans l'assistance, tout était silencieux sinon cette cage qui tremblait de plus en plus. Si elle n'avait pas été là on aurait pus croire que le temps venait de suspendre sa course folle. Jusqu'à ce que, dans un vacarme pareil à un coup de tonnerre, la cage explose en un millier d'éclat de bois et d'acier. Provoquant de nombreux sursaut dans l'assistance. Ce qui en sortie foudroya littéralement le crucifié.

La créature avait une apparence grotesque et primitive. Impossible de déterminer si il s'agissait d'un vampire, d'un lycanthrope. Peut-être les deux ou, à la réflexion, peut-être aucun. Son duvet de fourrure drue ressemblait à une carapace de crasse solidifiée. Son crâne chauve et minuscule témoignait de son intelligence vraisemblable. Cela ressemblait plus à un animal sauvage qu'à un démon ou n'importe quel autre être qui existe. Le doute ne fut plus de mise quand le monstre ouvrit une très large gueule, à plus forte raison pour la taille de son visage, garnies de canine de soixante-dix centimètres. Ces pieux remplirent le crucifié d'effrois. *Qu'est ce qu'il compte faire avec ça ?*

Finalement, c'était une sorte de vampire primitif. Un vampire des cavernes. Le Bigfoot des suceurs de sang. A sa vue, beaucoup dans l'assistance reculèrent. Craignant qu'elle ne choisisse pas la "bonne" cible. Quel prédateur digne de ce nom s'attaquerait à un jambon sans défense ? Mais lui savait. Il était nez à nez avec l'animal. Tandis que ce dernier sautillait en tout sens, à aucun moment le vampire ne détournait ses yeux du crucifié. Deux petites sphères noires qui suaient la gourmandise. Une grosse langue visqueuse passait de gauche à droite sur les lèvres du vampire dans un arc parfait. Mais il ne se résignait pas à attaquer...

Au comble de sa patience. Attendant une mort certaine. Le jeune ange laissa échapper malgré lui "viens me prendre !" mais le vampire continua ces galipettes comme un joyeux singe dressé que les troubadours présentent dans les foires. Bienheureux de se mouvoir à l'air libre. Le regard toujours agrippé au crucifié comme un hameçon. C'est à ce moment que Gabriel prit la parole, délaissant son bol d'herbe et sa mine concentrée à l'excès.

_ Je sais ce que tu penses. Nous te t'avons jamais menti, commença t-il avant de se rectifier. Nous te t'avons pas trahis. Il devait en être ainsi. Tu es symbole de renaissance. J'ignore le but ultime derrière tout ça. Tu es né avec la graine du chaos en toi, léguée par les Créateurs comme un don. Il nous incombe à nous les anges de la protéger. Qu'elle ne germe jamais. Que la bête ne s'éveille pas. Tu dois d'abord renaître afin d'accomplir la volonté des Créateurs. Tu ne seras plus l'un des nôtres. Tu ne seras pas un démon. Tu ne seras pas un homme. Tu ne feras plus partie de ce monde. Nous devons réveiller la bête pour la détruire. Est-ce que tu comprends ?

L'ange crucifié aurait aimé profiter de cette première pause depuis longtemps dans le récit de son mentor pour demander "pourquoi moi ?", "pourquoi tant de complications ?" mais il était tétanisé par ce flot d'information et l'animal qui dansait devant ces yeux, de plus en plus agité, par la faim probablement. Gabriel poursuivit.

_ Le moment est venu. Tu dois à tout prix te rappeler ceci : La clé pour libérer la bête est ton nom. Si il est prononcé par quiconque, ce sera la fin. Tu dois donc perdre ton identité. Pour cela nous t'excommunions, nous nous référerons à toi en tant qu'Ailes Brisées, l'ange déchu.

A ces mots le vieil ange déposa son bol maintenant plein d'une étrange bouillie verdâtre-rougeâtre. Une vapeur nauséabonde commença a s'en échapper voluptueusement comme une femme. Une femme aguicheuse qui dansait lascivement. Une danse démoniaque qui vous ensorcèle au plus profond de votre âme. Un ensorcèlement auquel on ne succombe qu'une fois.

Aile brisée senti quelque chose s'animer au niveau de son estomac. il passa rapidement d'une sensation désagréable à une atroce douleur. Sa vision se troubla; ça grossissait, ça voulait sortir. Il laissa échappé un cri inhumain de terreur de et de souffrance mêlés que le vampire prit pour un signal. Se ruant sur le crucifié. Agrippant le cou. Labourant le torse de ses puissantes pattes postérieurs. Il entreprit de mordre Aile Brisée à la gorge, s'enfouissant bien trop profondément pour atteindre la carotide.

La douleur atteignait des seuils dont le jeune ange ignorait l'existence, même en cauchemar. Une flaque de sang se répandait vite sous ces pieds. Dans l'assistance, certains regards ce détournaient de l'odieux spectacles. Seul les trois non-ange gardaient une expression neutre. Ou presque satisfaite, de ce que se passait en contrebas. Le vampire continua de s'abreuvoir dans un bruit de succion et de déchirure ignoble tandis que la chose dans le ventre de l'ange semblait grimper, toujours plus haut, en direction du coeur. Les convulsions commençaient à se faire plus violentes. Le vampire avait du mal à ne pas se faire éjecter par les soubresaut du corps en dessous de lui.

Les yeux révulsés. La tête de l'ange se balançait comme un hochet. La nuque menaçait de rompre à tout moment. Le vampire, mal à son aise, sorti sa gueule du creux de la gorge afin de mieux assurer ses prises, griffant de plus belles les abdominaux et pectoraux de lange en faisant s'envoler des petits lambeaux de chairs. A ce rythme, on pourrait bientôt voir le début d'une cage thoracique.

Le vampire finit par reprendre son ouvrage. Il décida fouiller des crocs le torse afin d'atteindre une artère. Pendant ce temps, la chose se frayait un chemin jusqu'au coeur. Au moment précis où elle atteignait son but, Aile Brisée eu un sursaut d'une violence inouïe. Oh combien il aurait aimé mourir à ce moment là, au moins perdre connaissance. Au lieu de ça, le supplice continua pendant plusieurs minutes. Il n'aurait jamais imaginer que son corps contienne autant de sang. Dans l'assistance, très peu osaient encore regarder. Les autres ne pouvaient détacher leurs regards, comme hypnotisés par cette scène d'une violence absolue. On entendait certains os craquer, voir ce rompre entièrement. Les liens étaient pratiquement déchirés autant que les articulations des bras d'Ailes Brisées. De ces dernières d'ailleurs, qui s'étaient assez gorgées de sang pour prendre une couleur rubis, une était bel et bien cassée et l'autre pendait pas beaucoup plus gracieusement. Elles étaient trempées. Souillées.

Depuis un moment, le sang qui coulait du torse de 'lange semblait s'assombrir. Finalement, il était devenue complètement noir, pareil au charbon bien qu'il se déversa avec toujours la même intensité. Soudainement. le vampire sembla hésiter. Arrêtant un moment d'aspirer. Son regard abasourdit trahissait presque une certaine intelligence simiesque. Puis ils e retira vivement avec un profond dégoût marqué sur son immonde visage. On pouvait voir que 3de ses canine avait diminué de taille. Presque de moitié. Elles avaient fondu !

Le démon fut prit d'un spasme qui le projeta au sol. Là il commença à gigoter en tout sens. Tremblant comme si chaque extrémité de son corps voulait fuir dans une direction différente. Son épiderme commença à prendre une teinte de moisissure alors que son être était pris d'un séisme de très haute magnitude. Il avait l'air de pourrir en vitesse accélérée. Un fruit mûr trop exposé au soleil. Un cadavre qui se décomposait avant même de mourir. Ce qui finit par arriver, rapidement.

Bientôt il lâchait un dernier soupire. Un râle bestial étouffé. Son requiem. Aile brisée commença à moins ressentir la douleur. Les choses se passaient comme au ralenti autour de lui. Des voix distantes. Il sentit à peine le sol quand son crâne le heurta en produisant un craquement significatif. Le sommeil libérateur vint alléger son fardeau. La mort lui tendait les bras, avec beaucoup de retard.

Il ne sut jamais combien de temps c'était écoulé entre ce moment et son réveil. C'était un petit village rustique avec des gens souriants et très sales qui s'adonnaient à des tâches de paysans. Visiblement il n'avait pas succombé. Il avait même l'air intacte. Mis à part les cicatrices sur son torse, la teinte rouge de ses ailes, et une légère irrégularité dans la forme de celle de gauche. Un ange qu'il n'avait jamais vue auparavant était à son chevet.

Il était là, prétendait-il, pour lui expliquer la situation.

_ Je vous écoute, souffla Ailes Brisées dans un souffle. Il était presque inaudible. Contemplant le mur en face de lui, son regard était vide.

_ Sais-tu pourquoi tu es ici, demanda son hôte, sans autre politesse.

_ Je n'en ai pas la moindre idée, répondit le jeune ange d'une voix égale. Tout est tellement flou. Tellement fou. Quel est ce village, qui sont ces gens ?

_ Tu es ici pour les tuer tous, annonça l'hôte comme si il s'agissait d'aller acheter des oeufs au marché du coin.

_ je n'ai aucune raison de faire ça. Je ne répondrais pas à vos ordres, répondit Ailes Brisées en ce levant. Il avait un mélange de fierté insolente et de colère sur le visage. L'autre sourit d'un petit rictus.

_ Pas besoin d'ordre, ria t-il et il prononça un mot. Le mot honnis.

Peu après, il lui parut moins d'une seconde, Ailes Brisées et son hôte se tenaient tous deux au beau milieu du village, en proie aux flammes. Ailes Brisées jeta son regard à droite et à gauche. Tout n'était que désolation. Des corps gisaient en tout sens. Calcinés. Déchiquetés. Démembrés. Eviscérés. Dépecés. Il y avait du sang partout sur le sol, entre les dalles, qui coulaient en gros ruisseaux dan les caniveaux. Au coin de la rue il y avait des cadavres de chevaux dans le même état que si ils avaient été broyés entre deux montagnes aux rochers pointues et effilées. Etait-ce bien des chevaux... Dans les endroits les plus incongrus pendaient des bras, des jambes. Des intestins avaient servi de guirlandes autour des branches des arbres. Certains cadavres avaient un coeur enfourné dans la bouche, d'autre une partie plus intime de leur anatomie. Il n'y avait plus de mot pour décrire le carnage. Ailes Brisées restait bouche bée devant le massacre. C'était la première fois depuis son réveil qu'il affichait une émotion. Son cauchemar venait à peine de commencer et il n'était plus exclusivement le sien. Tout un village...

_ J'ai bien cru que tu ne te ressaisirais pas, ricana son hôte, ça fait des heures que tu t'amuses. (s'amuser ?). Il est primordial désormais que tu comprennes. (ce n'est tout de même pas moi...). Tu vois là ce dont la bête est capable. Si ton nom parvient à nouveau à tes oreilles, la même chose se reproduira, ou pire... L'hôte ne finit jamais sa phrase. (pire que quoi ?). Tu es l'instrument des créateurs désormais. Leur volonté sera accomplie. (volonté, ils ont voulu ça ?!).

Après un long silence, contemplant les dégâts minutieusement, le jeune ange senti que quelque chose en lui était mort en fin de compte. Il ne ressentait rien. Rien que de la frustration.

_ Je suis... mauvais, commença t-il et l'autre l'interrompit aussitôt.

_ Tu n'as pas été élevé dans ce sens. Ton devoir est de combattre la bête.

_ Mais si je suis la bête...

_ Tu devras choisir. Ta destinée est de devenir la bête. Mais elle peut être évitée, les Créateurs le croient. Les tiens le croyaient aussi. Tu vas au devant d'une quête solitaire pour détruire ce qui n'est pas mauvais, mais néfaste. Certains, les humains, les démons, si ils apprennent ton existences, voudront t'utiliser comme une arme pour leur profit. Mais il n'en résulterait que le chaos. Cependant, Le choix t'appartient. Tu n'es pas des leurs comme tu n'es plus un ange.

_ C'est ce que j'ai du mal à comprendre, souffla désespérément Ailes Brisées. Qu'est ce que je suis ? Pourquoi me laisser le choix ? Pourquoi laisser le chaos libre d'agir. Pourquoi monter toute cette histoire ? Pourquoi suis-je né ? Pourquoi me laisse-t-on vivre. Pourquoi...

L'hôte lui coupa la parole.

_ Les réponses à tes questions n'existent pas. Dans le cas contraire, seul les Créateurs pourraient te répondre. Je ne peux te dire qu'une seule chose. Tu es unique. Tu es un ange mais tu ne fais plus vraiment partie de ce monde et les tient t'ont reniés. Tu restes un ange néanmoins, physiquement. Malheureusement tu ne seras chez toi nulle part, en aucun cas et après de personne. Car il doit en être ainsi.

Le jeune ange qui n'était plus vraiment un ange mais qui restait un ange décida que c'était bien trop compliqué pour lui. Les réponses ne le satisfaisaient pas. Il voulait retrouver les Créateurs. Savoir de la bouche des Créateurs. Tuer les Créateurs. Il ne savaient pas vraiment ce qu'il ferait de la bête ensuite, peut-être qu'il se suiciderait... C'était une option. Est-ce que ce serait aussi simple ?

_ Je ne suis pas votre instrument. Mon nom me déplait, dit Ailes Brisées d'une vois si vide qu'elle en était effrayant. Son hôte eu un mouvement de recule mais pas de réel trace de peur dans le regard. Je choisi ma destinée. Moi Deus le volt, vivrait libre.

Il avait attrapé l'autre ange à la gorge en prononçant la dernière phrase. se demandant déjà si il pourrait vivre caché du monde et des Créateurs, au moins jusqu'à ce qu'il les trouve. Il lâcha son hôte après que son cou est produit un craquement bien net. Son corps tomba lentement au sol et Deus le volt tourna son regard vers l'ouest comme le soleil se couchait. Le ciel était rougeoyant. Puis, en reprenant ses esprits il se mit en marche, enjambant le cadavre de l'hôte, sans se rendre compte qu'il n'était plus là depuis longtemps.



Les divers :
Comment vous avez connu le Rôle Play ? : La pub
Est-ce la première fois que vous participez à un Rôle Play ? : non
Qualité(s) principale(s): curieus, franc
Défault(s) principale(s): pessimiste, franc
Aime: écrire, les jeux vidéo, la musique
Aime pas: le sport à téloche
Une phobie: la solitude, la foule
Un hobby: cf : ce que j'aime
Loisirs: cf : loisirs
Un mot à dire avant d'entrer dans l'histoire: mot
Remplir ce formulaire vous semble inutile ?: question stupide
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 23 Déc - 04:01 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lexa Gore
Démon

Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2009
Messages: 17
Localisation: Entrailles de Ténélia.
Âge: 384
Race: Démon
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Pièces de Marsha: 0

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 00:24 (2009)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Ta présentation est longue mais très passionnante.
_________________
Ne vous fiez pas aux apparences, derrière sa bouille d’ange ce cache un vrai démon.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Deus le volt
Ange

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2008
Messages: 53
Localisation: Irlya Maei, le palais de crystal
Âge: 130 ans
Race: Ange
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Pièces de Marsha: 0

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 00:34 (2009)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Enfin quelqu'un qui a lu (pour de vrai ?). Dans mes bras ma jolie. Embarassed
Revenir en haut
Gabriella Astaroth
Maîtresse des démons

Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 65
Localisation: paris
Âge: 354 ans
Race: Démon
Féminin Capricorne (22déc-19jan)
Pièces de Marsha: 0
Niveau:

MessagePosté le: Mer 21 Jan - 13:12 (2009)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Moi je l'ai lu quand tu l'as mise en ligne, et c'est moi ta jolie :p
_________________
En tant que Maîtresse des Démons, si toi humain ou créature, magique tu as un problème avec un d'eux, viens me voir, nous le règlerons ensemble.
Rien n'échappera à mes crocs, ne prends pas la peine de fuir, viens mourir entre mes griffes...
Revenir en haut
MSN
Deus le volt
Ange

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2008
Messages: 53
Localisation: Irlya Maei, le palais de crystal
Âge: 130 ans
Race: Ange
Masculin Verseau (20jan-19fev)
Pièces de Marsha: 0

MessagePosté le: Ven 23 Jan - 05:13 (2009)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Lexa a répondu au moins... elle mérite un câlin!
Revenir en haut
Yoru Samain
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 57
Localisation: Paris
Âge: 34 ans
Race: Humain
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Pièces de Marsha: 0

MessagePosté le: Ven 23 Jan - 14:43 (2009)    Sujet du message: Deus le volt Répondre en citant

Très intéressant. Je serai heureux de te rencontrer dans le RP.
_________________
"Il faut avoir un chaos en soi même pour accoucher d'une étoile qui danse."
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:14 (2018)    Sujet du message: Deus le volt

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les contrées de Ténélia Index du Forum -> Premiers pas dans Ténélia -> Présentation Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com